Accueil  >  Structures gouvernementales chargées des droits de l’Homme dans l’espace francophone
Structures gouvernementales chargées des droits de l’Homme dans l’espace francophone
 
Textes fondateurs
Conférence des Structures gouvernementales chargées des droits de l’Homme dans l’espace francophone
 
 
 
 
 

Retour en haut de page

- DECLARATION DE LA CONFERENCE DE BRAZZAVILLE

Les participants à la Conférence des Structures gouvernementales chargées des droits de l’Homme dans l’espace francophone, réunis à Brazzaville du 25 au 28 avril 2003, ont tenu à réaffirmer solennellement, à l’issue de leurs travaux, leur adhésion aux principes fondamentaux des droits de l’Homme, conformément à la Déclaration adoptée par le Symposium international de Bamako en novembre 2000.

Par cette Déclaration, en effet, la Francophonie a doté ses Etats et gouvernements membres d’un cadre de référence et de principes d’action destinés à promouvoir la démocratie et les droits de l’Homme.

Dans ce cadre, les participants ont relevé que la Conférence de Brazzaville aura permis de franchir une étape majeure, avec l’adoption d’un texte relatif à la mise en réseau des structures gouvernementales chargées des droits de l’Homme dans l’espace francophone.

Forte de cette nouvelle dynamique, la Communauté francophone pourra s’impliquer de manière plus affirmée dans les voies tracées à Brazzaville, pour la mise en œuvre effective des engagements internationaux et régionaux de ses Etats et gouvernements membres dans le domaine des droits de l’Homme ; elle pourra, de même, poursuivre et amplifier la concertation et le partenariat entre les différents acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux oeuvrant dans ce domaine ; elle sera mieux en mesure, enfin, de contribuer à la protection et à la promotion des droits de l’Homme dans des situations de crises ou de conflits, autant que lors des sorties de crises, afin d’ancrer la culture de la paix et de la diffuser aussi largement que possible.

Les participants à la Conférence de Brazzaville tiennent à souligner la contribution ainsi apportée, dans l’objectif de répondre aux engagements souscrits et consignés dans la Déclaration de Bamako, afin de relever les défis inhérents à la problématique des droits de l’Homme dans le monde actuel.

Ils tiennent à marquer leur solidarité avec ceux des pays membres de la Francophonie en proie à des crises ou à des conflits, et leur espoir que les progrès acquis à Brazzaville puissent permettre de rendre pleinement opérationnel, grâce à la mise en réseau des structures gouvernementales chargées des droits de l’Homme, le dispositif d’appui à l’observation et à l’évaluation permanentes des pratiques de la démocratie, des droits et des libertés dans l’espace francophone.

Ils soulignent particulièrement que le respect au quotidien des droits de l’Homme, la mise en œuvre scrupuleuse de l’Etat de droit et de la démocratie de même que la dévolution du pouvoir politique par voie d’élections libres, fiables et transparentes, constituent la garantie la plus sûre pour la paix et le développement de même que pour la prévention des crises.

Les participants à la Conférence de Brazzaville lancent en conséquence un appel à : tous les Etats et gouvernements membres de la Francophonie, tous les acteurs et protagonistes de la vie politique, toutes les Associations opérant dans le domaine des droits de l’Homme aux fins :

-  d’une plus grande imprégnation des droits de l’Homme,
-  de la mise en œuvre constante de la Déclaration de Bamako,
-  d’une concertation toujours améliorée entre structures gouvernementales et acteurs opérant sur le front des droits de l’Homme.

Retour en haut de page

: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : Délégation à la Paix, à la Démocratie et aux Droits de l'Homme : : : : : Contact : : : : : Charte éditoriale : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :